Besoin d'aide ?
Qui êtes-vous ? Que recherchez-vous ?
mercredi 15 juin 2016

Comment récolter des fourrages de qualité compte tenu des conditions climatiques actuelles ?

Vertal Actualités agricoles Technique
Partager l'article

L’automne 2015 a été le plus chaud des 50 dernières années, le mois de mai 2016 amène lui des pluies comme rarement vues depuis 1975.
Comment s’adapter à ses changements climatiques et garantir la qualité des fourrages récoltés ?


Pour cela il y a plusieurs leviers à utiliser ensemble, du plus simple au plus compliqué :

- Utiliser toutes les formes de récoltes (ensilage, enrubannage et foin)
- Implanter des prairies de précocité différente pour étaler les stades d’exploitation optimaux et les chantiers de récolte
- Optimiser la structure du sol pour mieux absorber les variations climatiques (portance, …) tout en limitant le stress généré sur les plantes

Utiliser des mélanges prairiaux composés d’espèces acceptant les trois formes d’exploitation
Pour avoir un système prairial robuste, il convient d’avoir une diversité d’espèces dans chaque champ mais aussi d’un champ à l’autre. Selon vos sols et votre climat, on choisira 10 à 30% de prairies humides (à base de fétuque rouge Ray grass …) et 15 à 30% de prairies typées sec (à base de dactyle, fétuque élevée…) le reste étant de prairies semblables aux prairies naturelles de votre région. Cette diversité garantit d’avoir toujours du fourrage en années sèches comme en années humides et d’avoir les fenêtres météo suffisantes pour récolter dans de bonnes conditions.

Si à l’automne les sols gaufrés (trop aérées) ont montré des limites pour bien valoriser les faibles pluies, les fortes pluies du mois de mai ont montré l’importance d’avoir un sol suffisamment drainant pour évacuer les pluies abondantes et permettre un ressuyage rapide. Le sol est le principal levier de vos exploitations pour sécuriser la qualité des fourrages. Il convient de trouver son bon équilibre pour l’enracinement, le drainage mais aussi pour les remontées capillaires en période sèche.

Pour s’adapter aux aléas climatiques tout en garantissant la qualité des fourrages (1er levier de l’autonomie et de la rentabilité de votre élevage), il est important d’aller au-delà des pratiques de récolte, il faut aussi diversifier sa SFP et donner de la souplesse au sol.
Partager l'article sur
les réseaux sociaux