Besoin d'aide ?
Qui êtes-vous ? Que recherchez-vous ?
mardi 10 avril 2012

Comment produire 28 L de lait par vache et par jour avec une ration d’herbe ?

Diag'Vital Technique
Partager l'article

L’utilisation judicieuse des prairies est une voie de diminution durable des coûts alimentaires en élevage bovin :

Ex : 45 €/1000 L pour une ration tout pâturage,
80 à 120 €/1000L pour une ration à base de maïs.

Toutefois, il est souvent objecté qu’une prairie (en pâture ou en fauche) ne permet pas de produire une ration équilibrée à plus de 24 L/VL/J. Toutes les espèces sont capables dans leur cycle annuel de produire un fourrage à 0,90 UFL et 16% de MAT. Mais elles diffèrent par la masse de fourrage à ce stade et la durée pendant laquelle elles gardent cette valeur fourragère.

Afin d’améliorer la concentration énergétique et protéique de l’herbe, il convient de mettre en place une conduite stricte de la prairie :

  • Choisir des mélanges fourragers, de graminées et légumineuses permettant d’avoir un équilibre UF PDI


Ce choix doit être raisonné dans une cohérence globale des praires et en particulier des pâtures pour avoir une qualité optimale lors de l’exploitation de celle-ci (ensilage – foin  – pâture). La qualité du mélange détermine son potentiel de rendement et la qualité du fourrage aux différents stades d’exploitation.

  • Respecter les dates de semis


Les mélanges graminées légumineuses se sèment principalement fin août début septembre ou au printemps sous couvert. Il est pertinent de garder dans l’assolement une culture facile à désherber (type céréales à pailles) afin de maitriser la pression des mauvaises herbes. De plus, la réalisation d’un faux semis (type déchaumage…) quand c’est possible, sécurise l’implantation et donc la qualité de votre prairie. La qualité de l’implantation détermine la synchronisation des espèces entre elles et donc la concentration en UF PDI du mélange.

  • Appliquer une fertilisation adaptée au mélange


Un mélange graminées légumineuses équilibré doit être conduit avec 0 à 30 UN par coupe en fonction du niveau d’intensification désiré. Une sur-fertilisation des prairies entraine une augmentation de la teneur en azote soluble (et non en protéines) et diminue le développement des légumineuses.

  • La date d’utilisation est essentielle à la qualité du fourrage :


Plus la saison avance, plus il y a de fourrage disponible mais moins sa concentration est importante. Il faut donc obtenir un équilibre entre la quantité ramassée par exploitation (la quantité annuelle restant égale) et la concentration du fourrage. Pour produire 28 L/VL/J avec de l’herbe uniquement, il vaut mieux cibler une exploitation de plus dans la saison avec des exploitations moins importantes. Dans le cadre d’un paddock, si le développement végétatif est plus important que prévu, il est préférable d'en faucher une partie plutôt que de donner en pâture une herbe trop développée.

En conclusion, il est tout à fait possible de produire une ration riche et équilibrée avec de l’herbe , mais ceci est conditionné par plusieurs facteurs :

  • l’utilisation d’un mélange fourrager,

  • sa qualité d’implantation,

  • la possibilité d’exploiter celle-ci toujours au bon stade.


Cet objectif est à définir en fonction de son système d’élevage, de sa charge de travail et des conditions climatiques de l’année. Pour une exploitation laitière moyenne, il est possible de valoriser 80% de son herbe au stade optimum, ce qui correspond à l’ensemble des besoins des vaches en production.
Partager l'article sur
les réseaux sociaux